« Comme à la messe: hommes à droite, femmes à gauche » (3) : un regard contemporain sur une image du 15e siècle

(Troisième billet d’une série sur la séparation des sexes dans l’Église catholique.)

Grâce aux notes de bas de page d’une lecture récente, je suis tombée sur une étude très fouillée sur l’histoire longue de la séparation des sexes dans les églises britanniques, et plus largement. Et l’une des  richesses de cette étude magnifique datant de 1990, ce sont les images ! Voici un billet sur celle que l’autrice a choisie pour ouvrir son étude. Ça se passe en Italie au 15e siècle, donc je n’y connais rien, mais je partage ici mes impressions de spectatrice contemporaine.

L’article s’appelle (assez frontalement) « Segregation in Church ». Il est un peu difficile à trouver, puisqu’il est paru en 1990 dans les actes d’un colloque de la distinguée société britannique d’histoire ecclésiastique1, mais j’ai pu le consulter à la BnF. Et quand on l’ouvre, on démarre avec ce tableau:

Légende : Sano di Pietro, Saint Bernardin prêchant sur le Campo de Sienne, tableau de 1445. Sienne, Museo dell’Opera Metropolitana del Duomo.

Ici, à la différence des billets précédents de cette série (1 et 2), on n’est pas dans une église, mais dans l’espace public, sur une place: très précisément devant le Palazzo Publico de Sienne, en Italie, me dit Wikipedia. On assiste à une prédication de Bernardin de Sienne, qui fut apparemment une star dans les années 1420-1440, attirant parfois parait-il jusqu’à 30 000 spectateurs et spectatrices pour ses prédications qui les invitaient à se défaire de toutes leurs mauvaises habitudes2. Le tableau est peint juste après sa mort, sur commande d’officiels de sa ville natale, dans le contexte d’une campagne en faveur de sa canonisation, obtenue quelques années après.

Ce qui est assez fascinant dans un tel tableau, surtout quand on travaille par ailleurs sur le judaïsme, c’est d’abord la partition qui sépare les femmes et les hommes. Sur ce tableau, les femmes sont à gauche et les hommes à droite, comme à l’église en théorie donc3), mais cela va plus loin puisque cette séparation est marquée par une barrière physique. La partition que l’on voit ici n’est pas très différente de celle qu’on trouve aujourd’hui devant le Mur de Jérusalem. C’est ce qu’on appelle dans le judaïsme une mehitza, à savoir une partition physique, souvent en bois. L’origine de cette partition, et de la séparation des sexes en général dans les synagogues, est sujet à controverse archéologique. Mais aujourd’hui, dans le judaïsme orthodoxe contemporain on considère qu’une telle séparation (gauche/droite ou devant/derrière) est indispensable, la mehitza étant un bon moyen de la garantir. Et la question de la séparation des sexes pendant la prière divise profondément les différents courants du judaïsme, la séparation des sexes n’ayant en revanche pas cours dans les courants non orthodoxes.

Légende : la séparation entre espaces de prière masculin et féminin devant le Mur occidental à Jérusalem. (Photographie Daniel Case, 2009, sur Wikimedia ; CC BY-SA 3.0)

Le second point intéressant est vestimentaire : les femmes ont la tête couverte, les hommes ont la tête découverte. Conformément aux recommandations de l’Église depuis les écrits de Paul (1 Corinthiens, 11:6); conformément aussi à des usages dans le judaïsme orthodoxe contemporain pour les femmes mariées. Plus troublant, la majorité des femmes sont enveloppées dans un châle ou un voile qui couvre leur tête; celui-ci, par sa couleur blanche et les bandes noires occasionnelles, rappelle visuellement le châle de prière qui dans le judaïsme est réservé à la prière des hommes.

Troisième point, et là on est plus dans l’interprétation des choix de l’artiste, un enlumineur de Sienne : le cadrage nous donne l’impression que les femmes sont plus nombreuses que les hommes, parce qu’il les met au premier plan; en même temps, il nous montre un prédicateur tourné vers les hommes. Ici, sans connaissance plus précise du contexte, le « message » du peintre dans son choix de cadrage reste mystérieux pour moi : cherche-t-il à mettre l’accent sur une sur-représentation féminine dans l’assistance ? En tous cas, d’après les éléments de contexte indiqués sur Wikipedia, l’intention du tableau est de faire la promotion de Bernardin, qui venait tout juste de mourir et que les commanditaires du tableau voulaient voir canoniser. On est dans le cadre d’une campagne promotionnelle, donc le peintre ne cherche sûrement pas à critiquer le fait que les femmes soient nombreuses. Cherche-t-il à bien indiquer par la position du prédicateur que ce n’est pas à elles qu’il s’adressait en particulier ? Peut-être pas, vu que dans un autre tableau du même ensemble, les femmes sont toujours au premier plan, et c’est de leur côté que sa tribune est placée; mais le regard du saint y est aussi tourné vers les hommes. De manière totalement anachronique, cela me fait penser aux discours cléricaux du 19e siècle sur l’importance pour les prêtres de s’avoir s’adresser aux hommes, un public jugé plus exigeant, plus difficile d’accès et plus prestigieux; du coup les prêtres s’en préoccupaient plus alors même que les femmes sont plus nombreuses à la messe4.

Un moment particulier dans l’histoire de la séparation des sexes dans le catholicisme

Ce tableau n’est qu’une infime partie des sources iconographiques et des éléments rassemblés dans l’article très dense de Margaret Aston, une respectée historienne d’Oxford, spécialiste de la vie religieuse à la fin du Moyen Age (voir ici). Son article couvre du 3e siècle de notre ère jusqu’aux années 1960, en passant plus particulièrement par les effets de la Réforme, et par l’ère victorienne5.

Que nous dit l’historienne sur ce tableau, et en particulier sur cette matérialisation de la séparation des sexes par une partition physique? Selon Aston, ce type de partition est vu comme une innovation quand des « Pères de l’Église » la préconisent vers le 4e s. Comme Augustin6, ces hommes sont très préoccupés par la chasteté des femmes et l’importance de la séparation des sexes. Certains parmi les plus angoissés, comme Cyrille (évêque de Jérusalem au 4e s.) ou Chrysostome (archevêque de Constantinople au 4e s.) prônent  alors un mur intérieur dans les églises, pour éviter les regards lascifs. A Antioche, on érige une partition en bois.

Une partition physique et strictement binaire est une nouveauté par rapport aux premières églises. Le placement dans les églises semblait obéir à plein de règles, mais le sexe était un critère parmi d’autres, plutôt secondaire derrière celui des hiérarchies de statut dans l’église, ou de l’âge; les veuves, les diaconesses, avaient ainsi des places particulières au début 3e s.7. La justification que l’on donne en faveur de cette nouveauté, au 4e-5e siècle donc, c’est que la morale n’est plus ce qu’elle était… (déjà!): certes, dans l’église des premiers temps les disciples des deux sexes priaient ensemble, mais désormais, les gens ont perdu le sens de la décence, le niveau baisse (en gros),  et donc il faut être plus stricts…

Mais cette partition par une barrière ne s’est pas vraiment imposée. Au Moyen Âge, Aston cite des sources anglaises où il y a plutôt séparation entre hommes devant et femmes derrière. Les femmes sont mises loin de l’autel, que leur sang menstruel pourrait polluer (même si cette croyance était réfutée par certaines autorités religieuses8). Dans d’autres sources encore, les femmes sont au nord (donc à gauche en entrant, les églises étant normalement orientées à l’est), les hommes au sud. Et dans d’autres sources encore, le débat principal porte surtout sur la possibilité pour les notables, épouses incluses, d’avoir un siège confortable dans le chœur, avec le clergé (spoiler : le clergé n’aime pas ça, qu’il s’agisse des hommes ou des femmes d’ailleurs). L’assemblée assiste par ailleurs majoritairement debout à la messe.

Au sujet de l’iconographie, M. Aston remarque que les représentations picturales du public des prédications sont beaucoup plus faciles à trouver que les tableaux représentant l’assistance des messes. (Étant tombée sur ce texte après avoir passé beaucoup de temps à chercher des images de messe avant le 20e s., c’est une remarque qui m’a particulièrement parlé…). Son explication, c’est que dans le catholicisme, une messe est une messe que le prêtre ait ou non un public9, alors qu’un prédicateur n’est rien sans son public.

Elle commente plus particulièrement les tableaux représentant les prédications en Italie au 14e-15e siècle, comme celui qui nous occupe, et les tableaux représentant des prédications pendant la Réforme. Elle indique à ce propos que l’on s’est assis.e plus tôt pour les sermons que pour les messes. Pendant la messe, les gens étaient debout et circulaient parfois10. Selon elle, c’est au 16e s. que s’asseoir devient la norme; l’Église se met à sanctionner les gens qui marchent pendant l’office autant que ceux qui parlent (p. 258).

Concernant les prédications et cette pratique des partitions en bois en Italie, elle rappelle que les moralistes se méfiaient des rassemblements liés aux prédications : ces derniers étaient vus aussi comme des occasions de sociabilité et de sortie. Et les possibilités de rencontres hétérosexuelles à l’église étaient quant à elles un topos littéraire. Mais la partition n’était pas pour autant la règle. Dans d’autres cas, les sexes étaient séparés de manière moins formalisée, par groupes. Ci-dessous par exemple, le peintre hollandais Lucas an Leyden (de Leyde) a représenté une prédication dans une église hollandaise mi 16e s. : les femmes sont assises par terre (l’une a un siège pliant) et les hommes sont debout.

Légende : Lucas van Leyden, « Le sermon », huile sur toile, 1530. Amsterdam, Rijksmuseum. (Wikimedia)

Sur cette gravure de Lucas Cranach l’Ancien de 1527, même disposition: certains debout, d’autres assises, mais avec une bien moindre séparation des sexes. Même époque donc, et en contexte protestant: Cranach, un proche de Luther, est d’ailleurs considéré comme un fondateur de l’iconographie protestante. Cette image est également reproduite dans l’étude d’Aston, où elle fait remarquer le tabouret pliant.

Légende : Lucas Cranach l’Ancien, série d’images sur le Notre père, 1527 (extrait). (source Wikimedia)

 

Histoire oubliée, histoires partagées

Ce qui rend tout ça encore plus intéressant, c’est l’angle comparatiste. Il y a bien sûr des circulations à explorer avec le judaïsme – là-dessus, c’est l’historienne Elisheva Baumgarten qu’il faut consulter pour le Moyen Age11. Il y a aussi des parallèles avec l’islam : si j’ai trouvé ce texte, c’est d’ailleurs grâce à une note de bas de page dans l’ouvrage de Marion Katz, Woman in the Mosque : A History of Legal Thought and Practice (2014, Columbia University Press). Cet ouvrage – recommandé ! – porte sur les débats musulmans sur la place des femmes dans les mosquées, du 8e s. au 16e siècle essentiellement.

Je ne vais pas résumer l’ouvrage, qui est passionnant et très dense (en gros: ce n’est pas une histoire qu’on pourrait simplement résumer par une unanimité en faveur de l’exclusion des femmes). Mais on retrouve chez les juristes musulmans des idées très proches de ce qui est à l’arrière-plan du tableau de Saint Bernardin, comme les idées suivantes :

  • Beaucoup insistaient, comme les Pères de l’Eglise cités plus haut, sur le fait que la séparation dans les mosquées devait être beaucoup plus stricte que dans les premiers temps de l’islam. Oui à l’époque du Prophète la stricte séparation des sexes n’était pas forcément la règle, mais elle était maintenant nécessaire en raison d’un déclin de la morale et de la décence depuis les fondateurs (les discours déclinistes ne sont pas une nouveauté…).
  • La question d’une partition matérialisée physiquement était loin d’être la règle pour ces juristes, le plus important étant que les rangs des femmes soient clairement séparés de ceux des hommes. Elle a parfois existé, mais en étant alors discutée comme une innovation contestable12.
  • La prédication était un sujet particulier de préoccupation13, le public des prédicateurs étant parfois soupçonné d’y aller comme à une activité de loisirs plus que de piété, voire carrément pour commettre l’adultère ; et les plus suspectes étaient les femmes, surtout dans le cas de prédicateurs charismatiques. C’était par exemple un grand sujet de préoccupation à Damas au 16e s. (p. 160 et suiv.), où les sessions d’étude mixtes dans les mosquées avaient un grand succès.

Bref ! L’histoire de la séparation des sexes dans les espaces et activités religieuses est souvent une histoire non seulement très oubliée (on s’imagine que la situation contemporaine a existé de toute éternité) mais aussi très largement partagée entre religions. En matière de co-présence des sexes dans l’espace religieux, les manières de penser et les manières de faire ont historiquement beaucoup circulé entre des traditions religieuses qu’on se représente parfois comme très distinctes.

Dans l’histoire du christianisme, du judaïsme comme de l’islam, il n’est pas difficile de trouver des argumentaires sexistes assez proches dans les différentes traditions, comme ceux qui prônaient une séparation stricte des sexes, contre les femmes. Mais cela ne veut pas dire que ces argumentaires se traduisaient pas du tout nécessairement dans les pratiques par des séparations sans nuance.

Ce que montre l’étude d’Aston, dont je n’ai ici évoqué qu’une toute petite partie, c’est que le tableau de Saint Bernardin n’illustre qu’une manière parmi beaucoup d’autres d’organiser la co-présence des sexes dans l’espace religieux dans l’histoire catholique. C’est peut-être la plus spectaculaire pour les yeux contemporains, parce que la plus oubliée et la plus associée aujourd’hui à d’autres traditions religieuses.

Pour citer cet article: Béatrice de Gasquet, "« Comme à la messe: hommes à droite, femmes à gauche » (3) : un regard contemporain sur une image du 15e siècle," in Matières religieuses, 4 novembre 2019, en ligne sur https://matieres.hypotheses.org/293.

 

 

 

  1. Référence complète : Margaret Aston, 1990, « Segregation in Church », in W. J. Sheils, Diana Wood (ed.), Women in Church : Papers read at the 1989 Summer Meeting and the 1990 Winter Meeting of the Ecclesiastical History Society, Basil Blackwell, p. 237-295. []
  2. L’historienne Marie Anne Polo de Beaulieu en parle justement dans un article qui vient de paraitre dans la revue Archives de sciences sociales des religions (lien cairn, barrière mobile). Elle le décrit comme “un prédicateur unique”: “Sa prédication s’insérait dans un rituel immuable : la messe célébrée au lever du jour, un sermon qui pouvait durer jusqu’à trois heures, puis une procession. Cette cérémonie complexe, durant laquelle la troupe des fidèles était appelée à prier avec lui, répéter des paroles, s’agenouiller, se signer et ensuite défiler en procession, drainait des foules immenses attirées par son charisme, sa réputation de thaumaturge  (…) et ses méthodes de prédication qui faisaient la part belle aux pratiques du corps comme aux images dans une véritable mise en scène du sermon.” []
  3. Mais un autre tableau du même peintre montre une orientation inverse. []
  4. Voir par ex. Tine van Osselaer, cité dans un précédent billet, ou le dernier chapitre de l’ouvrage de Caroline Müller []
  5. En 1872, le Parlement britannique vota un Church Seats Act qui a fait couler beaucoup d’encre : il entérinait le passage aux « family pews », des bancs familiaux fermés. C’est une  bataille des bancs un peu différente de celle qui a lieu en France au 19e s. []
  6. Auteur d’un passage glaçant vu d’aujourd’hui sur « pourquoi Dieu a permis que les Barbares aient attenté à la pudeur des femmes chrétiennes » []
  7. Aston cite ici comme source ce que l’on sait des Didascalies des apôtres, un texte écrit en Syrie début 2e s. ; c’est au passage l’une des sources majeures sur la question du statut des diaconesses dans les premiers temps du christianisme, une question qui pourrait redevenir d’actualité. []
  8. Sur les ponts avec le judaïsme de l’époque, voir le superbe chapitre que consacre E. Baumgarten à la croyance dans le judaïsme, malgré les avis des rabbins, selon laquelle les femmes ne peuvent aller à la synagogue pendant les règles: Practicing Piety in Medieval Ashkenaz, University of Pennsylvania Press, p. 21 et suiv. []
  9. C’est radicalement différent du judaïsme par exemple, où l’office ne peut tout simplement pas être dit sans quorum pour représenter la collectivité en prière; le rabbin en revanche n’est pas indispensable. []
  10. Pour une œuvre de fiction qui décrive l’ambiance dans une cathédrale britannique au temps de la grande peste, et qui s’intéresse aux rapports de pouvoir entre femmes et hommes dans l’Église médiévale, on peut lire l’excellent roman Un monde sans fin de Ken Follett. []
  11. Regarder en priorité une traduction parue dans la revue Clio « Prier à part ? ». []
  12. Par exemple en Andalousie, les maqsuras : p. 120 et suiv. ; ou le balcon dans les mosquées ottomanes, p. 182 et suiv. []
  13. La question de la présence des femmes pour les prédications est généralement abordée à part, car sur le plan du droit religieux ce n’est pas la même question que la présence pour la prière. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.