À la recherche d’images sur l’histoire des femmes dans le judaïsme européen

On m’a demandé il y a maintenant plusieurs années de rédiger une notice sur genre et judaïsme en Europe 19e-21e (le résultat est consultable ici). C’était beaucoup de lectures passionnantes, assez impossibles à résumer. J’ai été aussi amenée à chercher des illustrations, ce que je n’ai pas trouvé très facile — c’est un métier en soi de chercher de l’iconographie, et l’histoire de l’art est loin de mes spécialités. J’avais commencé quelques billets sur cette recherche iconographique, restés longtemps dans les cartons. Voici un billet sur certaines des illustrations que je n’ai pas retenues, et notamment sur la question de l’idéalisation d’un judaïsme “traditionnel”.

Dans ce cas particulier, la première difficulté était de trouver des images représentant les femmes au moins autant que les hommes, parce que les images du judaïsme les plus présentes à l’esprit sont souvent masculines. Une autre difficulté, non négligeable notamment pour le 20e siècle, était de trouver des illustrations qui portent sur l’Europe et non sur les États-Unis… Surtout qu’en plus, pour décentrer un peu, j’ai essayé d’éviter ce qui portait sur la France. Et surtout, je cherchais à illustrer ce qui a changé au fil du temps dans la pratique religieuse. Or beaucoup des représentations de la pratique du judaïsme sont là pour donner l’impression d’un judaïsme un peu immuable.

Le premier grand type de source iconographique dans laquelle j’ai fouillé pour le 19e siècle, ce sont les tableaux de peintres comme Moritz Oppenheim (1800-1882; Allemagne), Leopold horowitz (1837-1917, Pologne), Yehuda Pen (1854-1937; né en Lituanie, formé à Saint-Petersbourg, enseigne à Vitebsk en Biélorussie), Maurycy Gottlieb (1856-1879, Pologne), Isidor Kaufmann (1853-1921; né en Hongrie, formé à Vienne, il peint surtout le judaïsme polonais), Lazar Krestin (1868-1938; né en Lituanie, formé à Vienne et Munich), Moyshe Rynecki (1881-1943, Pologne). Des hommes donc surtout… J’ai cherché aussi du côté des femmes, mais si elles existent bien fin 19e début 20e, les peintresses juives, comme Julie Wolfthorn (1864-1944) ont peu abordé la thématique religieuse.

Une des caractéristiques de ces peintres masculins, au-delà de leurs différences, est qu’ils mettent l’accent sur un judaïsme qui peut paraître traditionnel (avec souvent une priorité aux personnes âgées), dans des sociétés où le judaïsme connaît en réalité beaucoup de changements, y compris dans ce qu’on appelle aujourd’hui le judaïsme orthodoxe (c’est le cas par exemple en Pologne). Le regard d’aujourd’hui sur ces tableaux est souvent d’en faire une représentation d’un judaïsme intemporel, alors que certains de ces peintres avaient peut-être le sentiment de décrire des pratiques appartenant déjà au passé. Et a contrario, certaines représentations pouvaient présenter comme intemporelles des pratiques ou des idéaux en réalité très spécifiques à une époque et à un lieu précis.

La mise en avant de la centralité de la mère dans l’intérieur bourgeois

Les femmes sont assez minoritaires dans ces tableaux d’hommes, mais présentes, notamment dans les scènes domestiques. On trouve ainsi beaucoup de scènes de shabbat ou de repas de fête dans la peinture de genre sur le judaïsme. Premier exemple, le plus ancien de ma sélection. Le tableau d’Oppenheim qui suit est intéressant car il a été beaucoup et longtemps reproduit dans des cartes postales, comme ici. On y voit ici le shabbat dans son versant domestique, plus que celui des offices à la synagogue1.

Famille autour d'une table, avec des livres, un jeune garçon en kippa lit quelque chose devant un homme un peu âgé assoupi; la femme au centre lit, un homme jeune est attablé au-dessus d'un livre et la regarde.
Illustration : « L’après-midi de shabbat », Carte postale d’après le tableau de Moritz Oppenheim (1800-1882), imprimée vers 1904, Allemagne. Bibliothèque nationale d’Israël.

En représentant l’après-midi de shabbat, plutôt que l’office du matin à la synagogue, le peintre met l’accent sur la centralité de la mère dans la pratique religieuse de la famille, essentiellement des hommes ici. Mettre ainsi la mère en avant n’est pas systématique dans les représentations de shabbat : dans ce portrait d’une famille viennoise en 1918 (bien plus tard donc) par Lazar Krestin, c’est le patriarche qui tient le beau rôle.

Cette insistance visuelle sur la centralité de la mère correspond à un idéal en réalité assez nouveau au 19e s., particulièrement en Allemagne2. Dans la bourgeoisie juive qui émerge alors, on se met à beaucoup plus valoriser le foyer, la vie domestique. S’occuper de son intérieur et de l’éducation de ses enfants est désormais vu de manière générale comme un rôle positif pour les femmes bourgeoises, dont les préoccupations domestiques garantissent le statut social de toute la famille. Dans les familles juives, où l’on commence à s’inquiéter de l’assimilation possible des enfants, et notamment des garçons, les mères sont désormais investies du rôle de “gardiennes de la tradition” qui peuvent être plus efficace que la synagogue, qui commence à être désertée par les hommes juifs en désir d’ascension sociale. Sur cette image, l’absence de petite fille n’est peut-être pas un hasard: c’est bien le jeune garçon l’enjeu de la transmission entre hommes, et la mère celle qui veille, au centre, à ce que celle-ci se fasse.

Le succès de cette image, peinte vers la moitié du 19e siècle en Allemagne, est probablement lié à son caractère assez réaliste malgré l’idéalisation sous-jacente de cette tranquilité bourgeoise. Les intérieurs bourgeois peints par Moritz Oppenheim contrastent de ce point de vue avec ses quelques peintures de synagogues, moins réalistes, comme celle-ci, particulièrement grandiloquente et masculine.

Moritz Oppenheim, 1880, Shavouot, la fête des semaines (Wikipedia)

Une pratique féminine solitaire

On passe au début du 20e siècle, avec un second exemple, ce tableau que je trouve assez émouvant d’une vieille femme à shabbat, dans un milieu plus populaire (Yehuda Pen avait une école de peinture à Vitebsk, ville de Biélorussie qui comptait une importante population juive). En contrepoint des très nombreux tableaux représentant des hommes étudiant ou discutant le Talmud3, ce tableau met l’accent ici sur des pratiques religieuses spécifiquement féminines. L’allumage des bougies qui marquent le début de shabbat est traditionnellement une prérogative des femmes ; et ce que cette femme lit n’est pas n’importe quel ouvrage, mais le Tseno Ureno, qu’on appelait aussi « Bible des femmes », un ouvrage de commentaires de la Torah en yiddish datant de la fin du 16e s. et très diffusé.

Légende. Vieille femme lisant le Tseno Ureno pendant shabbat. Tableau de Yehuda Pen (1854-1937), peint vers 1910-1920 à Vitebsk en Biélorussie (Youri/Yehuda Pen a été l’un des enseignants de Chagall).

Sur ce tableau d’Isidor Kaufmann (vers 1920) on voit aussi une femme seule le vendredi soir. Je ne sais pas trop où se déroule le tableau, Kaufmann ayant sillonné notamment la Hongrie et la Pologne. Elle a allumé les bougies de shabbat, préparé la coupe du kiddush, posé sur la table aussi la challah qu’elle a recouverte d’un tissu blanc. Elle a probablement aussi préparé la maison et les repas pour le vendredi soir et le shabbat. Elle prend un instant de repos, ou de recueillement, peut-être en attendant le retour des hommes de la synagogue. Sa solitude à la maison rappelle que ce n’est que pour les hommes que la prière à la synagogue est une obligation religieuse. Posé devant elle, peut-être là encore l’un des nombreux ouvrages de dévotion qui furent publiés au 19e s. spécifiquement à l’intention des femmes.

Ces deux portraits de femmes seules vues par des hommes ont par ailleurs un côté mystérieux quant à leur point de vue. Le peintre les a-t-il observées réellement à shabbat (et dans ce cas, pourquoi n’était-il pas lui à la synagogue…), et peintes ensuite de mémoire (car si peindre n’est déjà pas très admis pour un juif pratiquant, on peint encore moins à shabbat…), ou les a-t-il fantasmées?

Légende : Vendredi soir. Tableau d’Isidor Kaufmann, vers 1920. Huile sur toile. Jewish Museum Permanent Collection. Don de Mr. & Mrs. M. R. Schweitzer. https://thejewishmuseum.org/collection/18739-friday-evening

L’émergence d’une voix féminine qui met en avant l’individualité

Même scène de genre ci-dessous, mais traitée très différemment. Beaucoup moins connue, la peintresse Lily Delissa Joseph, née Solomon (1863-1940) est une artiste britannique, qui fut aussi une féministe, ardente suffragette4. C’était aussi une juive pratiquante très investie dans sa synagogue. Elle fonda notamment l’association féminine (ladies’ guild) de la synagogue Hammersmith à Londres. Cette synagogue était rattachée à la United Synagogue (orthodoxe) britannique (le grand rabbin vint inaugurer en 1890 la synagogue, dont le mari de Lily Delissa Joseph avait été l’architecte bénévole).

Ce tableau, un Autoportrait aux bougies (1910), est l’un des rares où elle évoque le judaïsme. Ici, la représentation explicite du foyer est absente, l’évocation du shabbat beaucoup plus allusive. Le cadrage du tableau nous incite beaucoup plus que dans les précédents à voir l’individualité personnelle, plus que le respect méticuleux d’une pratique (même si elle s’y représente la tête couverte, conformément à la norme religieuse).

Légende. Lily Delissa Joseph, Self portrait with candle. 1910. Huile sur toile. Londres, Ben Uri Gallery and museum, Londres http://www.benuricollection.org.uk/search_result.php?item_id=70

L’invisibilité du changement social

Ces tableaux rendent visibles les femmes dans la pratique religieuse. Mais ce qu’ils ne rendent pas très facilement visible, c’est ce que j’ai cherché à décrire dans cet article d’encyclopédie, à savoir les transformations du judaïsme dans cette période. Or cela ne se voit que par comparaison, ou indirectement, en cherchant à décrypter l’intention des peintres.

On peut, par exemple, comparer le premier et le dernier tableaux. Dans sa représentation d’une famille parfaite, Oppenheim témoigne d’une vision assez masculine: la mère est centrale, idéalisée comme telle, mais en dehors d’elle, il n’y a que des hommes dans cet intérieur bourgeois. Et cela peut être relié aux aspirations tout à fait nouvelles des Juifs allemands mi 19e, le réalisme masquant une forte idéalisation. Par différence, on peut lire dans l’autoportrait de Lily Delissa Joseph un message très différent, celui d’une affirmation personnelle (voilà qui je suis!) plutôt qu’une fidélité à la transmission familiale. Et cela peut être relié, à nouveau, aux spécificités du judaïsme londonien du début du 20e siècle: la féministe Lily Delissa Joseph est quasi contemporaine de Lily Montagu (1873-1963), née dans une famille bourgeoise pratiquante, et première femme à diriger une synagogue à Londres, la West Central Liberal Jewish Congregation.

Ces deux images prennent aussi leur sens, historique notamment, par contraste avec d’autres images : la première par contraste avec les images, nombreuses, de synagogues ou d’hommes étudiant entre eux; et la seconde par différence avec les représentations masculines où la femme est reliée à son foyer, plus qu’à elle-même.

J’ai finalement, après de nombreuses hésitations, gardé la carte postale tirée d’Oppenheim, parce qu’elle décrit bien un idéal à l’époque nouveau, et resté dominant et influent pendant une très longue période. Mais j’ai sinon privilégié des images qui me paraissaient moins courir le risque d’être vues comme des images d’un judaïsme « intemporel » – même si pour moi, toutes les images citées ici correspondent à des moments précis du judaïsme européen.



Citer ce billet
Béatrice de Gasquet (2023, 6 mars). À la recherche d’images sur l’histoire des femmes dans le judaïsme européen. Matières religieuses. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rap3

  1. il y a 3 offices de shabbat : un le vendredi soir, un – ou plutôt deux, avec – moussaf – le samedi matin, et un l’après midi de shabbat. []
  2. Voir les travaux des historien.nes Benjamin Maria Baader, Marion Kaplan, Paula Hyman… []
  3. Un petit échantillon dans cet article. []
  4. Je l’ai découverte grâce au catalogue d’une exposition britannique de 1996 sur l’identité féminine juive dans l’art contemporain britannique, Rubies and Rebels. Jewish Female Identity in British Art. []

Une réflexion sur « À la recherche d’images sur l’histoire des femmes dans le judaïsme européen »

  1. Très bel article ! On attend des suites de cette recherche. Peut-être à présenter dans le cadre de l’axe “Judaïsmes contemporains” du GSRL ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.